12 juin 2006

Le Bonheur est sous les oliviers...


Le Bonheur serait-il sous les oliviers ?Les amis passent, se succèdent, on parle toutes les langues, ici on traîne ses tongs comme on traîne son accent. Les apéros débordent sur le déjeuner, on déjeune à l'heure du dîner et on dîne à la lueur de la lune et des photophores... Les bouteilles de rosé se rafraîchissent dans la lessiveuse chinée dans une brocante, Le pastis embrume les esprits...
On tartine des croûtons de pain à l'épeautre de "Soubressade" tout droit venue de Majorque,
on grignote des olives de Nyons, du Maroc et d'ailleurs
...

Les tians de légumes et les tartes embaument le four...
La charlotte fraises-framboises attend son heure, au frais...
Les chèvres de chez Mireille se parfument des feuilles du figuier...
On se prélasse sous un platane centenaire ou au bord d'une fontaine, les secrets sont bien gardés dans le Lubéron à l'ombre d'un mûrier, l'été, seules les cigales font du bruit... On écoute du Django Reinhart ou un ami qui joue un morceau tout droit sorti de la torpeur de la soirée...
On se dit qu'on est heureux sous les oliviers et que le Bonheur c'est simple comme tout !